Coordonnées

  • Animed, clinique vétérinaire
    79 AVENUE D'EMBRUN
    05000 GAP
  • Tél : 04 92 52 63 27

Actualités

Toutes les actualités

Petites annonces

Vidéos

Baby horse and dog play
Toutes les vidéos
Télécharger la fiche

Le varan des savanes

Le varan des savanes (Varanus exanthematicus) appartient au sous-ordre des sauriens (lézards). Il occupe un large territoire en Afrique (entre le Sahara et l’Equateur), où il vit dans les zones arides, les savanes et les prairies. Il est très répandu en captivité.

Morphologie et comportement

Un varan des savanes adulte mesure 80 à 100 cm, c’est l’un des plus petits varans. Sa peau est marron clair ou grise avec des taches blanches sur le dos. Ces taches sont surtout visibles chez les jeunes animaux, les adultes sont généralement plus ternes. Le dessous du corps est jaune clair.

 

>  Le plus grand des varans, le varan de Komodo, vit en Indonésie. Il mesure 2 à 3 m de long et pèse jusqu’à 70 kg. Il peut manger un homme…

Le corps est trapu et puissant, avec une queue courte. La tête est large, posée sur un petit cou. La langue du varan des savanes est bifide.

C’est un animal terrestre, diurne (actif en début et en fin de journée).

Le varan est d’un naturel plutôt calme, assez craintif. Il s’adapte facilement à la vie en captivité ; il est docile et mord rarement (heureusement car la morsure est très douloureuse !).

Son espérance de vie est de 10-15 ans environ.

Alimentation

Le varan est un carnivore, principalement insectivore.

• En milieu naturel, le varan des savanes chasse surtout les insectes, mais également des gastéropodes, des petits rongeurs (souris). Il se nourrit aussi d’œufs.

• En captivité, vous pouvez proposer à votre varan des grillons, criquets, blattes, chenilles, vers de farine… (tous les 2 jours), des souris (1 fois par semaine), des œufs de temps en temps.

Reproduction

Le varan des savanes est une espèce ovipare.

• En milieu naturel, l’accouplement a lieu en janvier. Trois semaines plus tard, la femelle pond entre 10 et 40 œufs (généralement une vingtaine). De forme ovale (6-7 cm de long sur 3-4 cm de large), ils sont enterrés ou déposés dans un tronc d’arbre creux. La durée d’incubation est de 170 jours. Les petits varans à l’éclosion de l’œuf mesurent environ 15 cm.

• En captivité, une période de repos est nécessaire avant la mise à la reproduction, entre novembre et mars. La distribution de nourriture est stoppée et la température du terrarium diminuée à 18-20 °C. L’accouplement a ensuite lieu entre août et septembre. Les œufs doivent être placés en incubateur à 18-20 °C. L’éclosion se produit 140 à 160 jours plus tard.

Logement

Contrairement à d’autres reptiles, les varans ne sont pas stressés par les grands espaces et peuvent être assez actifs si les paramètres de maintenance sont respectés. Un terrarium de taille raisonnable est de 150 cm de large x 100 cm de profondeur x 70 cm de hauteur pour un animal seul. Pour un couple, il faut bien sûr augmenter les dimensions (250 cm x 120 cm x 70 cm par exemple).

> Les mâles sont assez territoriaux, ne mettez jamais deux mâles ensemble dans un terrarium. En revanche, vous pouvez tout à fait adopter deux femelles ou un mâle et une femelle.

Le chauffage est assuré par une plaque ou un cordon chauffant (placé sous le terrarium) ou des lampes chauffantes. Un thermostat contrôlera automatiquement la température. Il est important de créer deux zones de température. En journée, la température sera de 35 °C au point chaud et de 28 °C au point froid. La température de nuit sera de 25 °C (point chaud) et 20 °C (point froid).

L’hygrométrie est maintenue à 50-60%. Un bac d’eau suffisamment grand pour que le varan puisse boire et s’y baigner suffit généralement à maintenir un taux d’humidité correct, il n’est alors pas nécessaire de vaporiser le terrarium. Il ne doit pas être trop grand pour ne pas augmenter le taux d’humidité. Le terrarium doit être aride ; il faut absolument éviter toute humidité excessive.

Un éclairage intense doit également être fourni : même si le terrarium reçoit un éclairage naturel, il est préférable de prévoir un tube néon, qui produise lumière et UV, placé à moins de 40 cm des zones de repos.

Le fond du terrarium est garni d’un substrat sec de type copeaux de bois ou sable (lavé soigneusement, voire désinfecté) sur environ 20 cm d’épaisseur.

Enfin, répartissez des cachettes (empilements de pierres, branches, tronc d’arbre…) sur toute la surface du terrarium.

Santé

Les varans ne sont pas des animaux très fragiles du moment qu’ils sont maintenus dans de bonnes conditions. Le principal danger est l’obésité (1ère cause de décès), la captivité ne leur permettant que peu d’exercice. Un juvénile doit être nourri quotidiennement, jusqu’à satiété, mais dès la maturité, il faut le rationner afin d’éviter qu’il ne prenne trop de poids.

Si le varan est nourri essentiellement avec des insectes, un apport en calcium et vitamine D3, saupoudrés sur les proies, est indispensable. Cette supplémentation est inutile s’il reçoit un régime alimentaire mixte, mélangeant insectes et vertébrés (souris ou autres).

Un varan des savanes n’hiverne normalement pas car dans son habitat naturel, il n’y a pas de saison froide. En captivité, il peut toutefois présenter une légère diminution de son activité en hiver.

> L’hygiène est très importante pour la santé des animaux : le terrarium doit être désinfecté 1 fois par semaine, le bac d’eau changé tous les jours. Lavez-vous les mains avant et après avoir manipulé le varan.

Pour différencier les mâles et les femelles

Les mâles sont légèrement plus gros que les femelles, leur tête est généralement plus large et plus épaisse avec un nez court. Ils présentent un renflement visible des hémi-pénis. Le sexage est plus facile sur un sujet adulte.

Si, malgré tous vos efforts, vous n’arrivez pas à savoir si vous avez un monsieur ou une madame varan (et si cela a une importance !), une endoscopie peut être pratiquée pour déterminer le sexe de l’animal : sous anesthésie générale, le vétérinaire pratique une toute petite incision sur le côté et introduit une caméra miniature pour essayer de visualiser les ovaires.

Pour manipuler un varan des savanes

Sous ses airs débonnaires, le varan est assez vif et nerveux, surtout au moment des repas. Il est préférable d’utiliser une pince ou des gants pour la distribution de la nourriture.

En dehors des repas, le varan est « manipulable » à condition d’y avoir été habitué dès son plus jeune âge.

Mais attention, les dents et les griffes du varan sont très acérées ; il peut vous blesser involontairement en tentant d’échapper à une manipulation. Evitez également tout mouvement brusque, perçu comme la fuite d’une proie ou une menace.

Pour acheter un varan des savanes

Le varan n’est pas considéré comme une espèce menacée.

Varanus exanthematicus est soumis à l’annexe 2 de la Cites ; il doit obligatoirement être vendu avec un certificat de cession portant un numéro de CITES. Ce document prouve sa provenance et sa légalité.

Il ne nécessite de certificat de capacité qu’au-delà de la détention de 25 sujets adultes.

Choisissez de préférence un animal jeune et né en captivité. Veillez à ce qu’il ne soit  agressif, ni envers vous, ni envers ses congénères. Observez attentivement le varan avant l’achat ; il ne doit pas présenter de signes d’infection, de plaie, de parasites… Le cloaque doit être propre. Il doit avoir bon appétit, les varans étant en général assez voraces. Refusez un animal trop maigre (les os ne doivent pas être apparents au niveau du croisement du bassin et de la queue).  

Un varan des savanes coûte une centaine d’euros en animalerie, un peu moins chez un particulier. Le terrarium vous reviendra à quelques dizaines d’euros pour du « fait maison » (hors achat chauffage et éclairage) ; comptez quelques centaines d’euros pour un terrarium acheté tout équipé en magasin.